Les peintres indiens à Paris dans les années 1950

Le CREOPS organise le 3 avril 2023

de 14h à 17h30 à l’INHA en salle Vasari (1er étage) une demi-journée d’étude sur

Les peintres indiens à Paris dans les années 1950

Cliquez ici pour télécharger le programme en pdf

14h Introduction par Edith Parlier-Renault, directrice du CREOPS, Sorbonne Université

14h10 « La vie devant soi : ces pionniers de l’art contemporain indien »

Raïssa Padamsee-Brégeat

Dans les années 1950, l’Inde et la France vivent concomitamment une période d’optimisme et de reconstruction. L’une sort des violences intercommunautaires qui ont accompagné son accession à l’indépendance et la Partition, l’autre se remet des désastres de la seconde guerre mondiale. Quelle est donc cette pulsion qui pousse alors Raza, Padamsee, Souza, Ram Kumar et Krishna Reddy à s’exiler pour accomplir un voyage initiatique en France ? Comment s’organisèrent-ils pour vivre et découvrir l’art d’un Cézanne, d’un Soutine, des peintres de la collection Walter-Guillaume du musée national de l’Orangerie dont ils voulaient absorber les enseignements théoriques et plastiques et voir les œuvres originales? Comment réagirent-ils face aux peintres de l’École de Paris, eux qui n’avaient de l’art occidental qu’une connaissance livresque?

Il s’agira de dessiner un tableau de leur vie quotidienne à leur arrivée en France, alors qu’ils sont en quête d’une liberté totale pour un art dont ils pensent réinventer les bases.

14h30 « L’École de Paris dans les années 50 »

Stéphane Laurent (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne/University of Johannesburg)

L’École de Paris est une importante mouvance de l’histoire de l’art au 20e siècle, très connue pour avoir compté en son sein des personnalités comme Chaïm Soutine et Amedeo Modigliani. Elle débute à Montparnasse avant la Première Guerre mondiale, qui constitue le premier volet de son histoire, reprend avec d’autres acteurs, également étrangers, durant l’entre-deux-guerres, avant que ce second volet ne s’achève comme le précédent à cause d’une conflagration. Si l’on avait affaire jusqu’alors à des artistes qui se fréquentaient régulièrement, tout autre est l’ambiance de l’après-guerre, beaucoup plus diversifiée, indépendante et moins cosmopolite. Paris constitue toujours la capitale artistique, attirant à elle des talents venus du monde entier, mais la « Nouvelle École de Paris » s’ordonne désormais entre figuration et abstraction qui ont chacune leurs salons comme Réalités nouvelles pour cette dernière ou Les Peintres témoins de leur temps pour la première, même si les frontières sont parfois poreuses entre les deux expressions. Les peintres étrangers y trouvent un marché de l’art dynamique, un terreau d’échanges fertile, tout en entretenant des liens avec leur pays d’origine. Enfin, les années cinquante sont aussi le moment d’une confrontation avec l’École de New York, nouvellement venue.

Stéphane LAURENT est doyen de la Faculty of Art, Design and Architecture de l’University of Johannesburg et responsable de la Spécialité Arts décoratifs, Mode et Design à L’École d’histoire de l’art et d’archéologie de l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles sur les arts décoratifs, le design, la peinture ou l’architecture. Il a été chercheur invité aux États-Unis (National Gallery of Art de Washington), au Japon (Université de Tokyo), au Brésil et en Chine. Membre du comité d’acquisition du Mobilier national, il est personnalité qualifiée et expert en design et en arts décoratifs auprès du ministère de la Culture, expert en industries culturelles pour la Commission Européenne et dans le domaine de l’art pour l’HCERES. Il prépare actuellement un ouvrage sur l’histoire globale des relations artistiques par le biais de l’ornement.

15h « Partir à Paris ? Les artistes indiens et l’étranger »

Devika Singh (Courtauld Institute of Art)

Cette communication portera sur des artistes indiens ayant séjourné en France de l’entre-deux-guerres au lendemain des évènements de mai 68. Elle évaluera le rôle de Paris, et a fortiori de l’étranger, à l’époque des luttes anticoloniales et postcoloniales indiennes, en se concentrant tout particulièrement sur les raisons de l’attractivité de Paris. La communication sera, entre autres, l’occasion de revenir sur la formation artistique, tant en Inde qu’en France. Paris, longtemps présentée comme une capitale de l’art, fut un lieu de formation et de création, mais aussi d’échanges et de dialogues. Paris peut-il être conçu comme un lieu d’émancipation artistique qui s’inscrirait dans la continuité de l’émancipation politique et culturelle indienne ?  

Historienne de l’art et commissaire d’exposition, Devika Singh est Senior lecturer en Curating au Courtauld Institute of Art à Londres. Elle était précédemment conservatrice d’art international à la Tate Modern. Docteure en histoire de l’art de l’université de Cambridge, elle est l’auteur de International Departures: Art in India after Independence (à paraître, Reaktion Books, 2023). Elle a aussi écrit de nombreux articles dans des ouvrages collectifs, des catalogues d’exposition et des périodiques internationaux. Ses expositions ont été présentées, entre autres, au Dhaka Art Summit; au CSMVS, Mumbai; à Duke University, et à Kettle’s Yard, Cambridge.  

15h30 Pause-café (salle Aby Warburg, rez de chaussée)

16h « Le rôle des diplomates français dans la venue des peintres indiens en France »

Selvam Thorez (Asian University for Women, Chittagong)

Le rôle de Paris comme capitale mondiale de l’art au XX° siècle semble une évidence tant la liste des peintres et sculpteurs venus du monde entier pour y étudier et y tenter leur chance est longue. Pourtant, s’établir à Paris n’était pas un projet facile du point de vue pratique et administratif. Dans un monde où les frontières constituaient, encore plus qu’aujourd’hui, des barrières difficilement franchissables, le rôle de la diplomatie culturelle de la France reste un angle largement méconnu de l’histoire de l’École de Paris. Notre communication tentera donc de mettre l’accent sur les diplomates français qui ont favorisé et soutenu la venue en France des peintres étrangers et notamment indiens, en particulier les membres du Groupe des Artistes progressistes.  Nous nous interrogerons sur les raisons d’une telle politique dans un contexte global de décolonisation et de guerre froide, sur ses modalités et sur ses conséquences à moyen et long termes.

Directeur du Centre de Culture et d’études européennes à l’Asian University for Women, Chittagong (Bangladesh), Selvam Thorez a été directeur de l’Alliance française de cette même ville, délégué culturel auprès de l’ambassade de France au Bangladesh, de 2017 à 2022. Il a notamment été en charge des partenariats artistiques et universitaires entre Chittagong et les institutions françaises. Docteur en Histoire de l’art, spécialiste de la peinture moghole, ses recherches actuelles se concentrent sur les échanges et les influences réciproques entre les peintres indiens et européens, du XVIII° siècle à aujourd’hui. Ses publications incluent notamment : « Déchirer le voile de la nuit : les traces de la Khamseh dans la peinture moghole au XVIII° siècle », Art Asie Sorbonne-CREOPS, Juin 2021, et « Rajahs, Nawabs & Firangees », catalogue d’exposition, Musée national de Delhi, Janvier 2021. Son ouvrage Peintres moghols au XVIII° siècle doit paraître au cours de l’année 2023 aux éditions Le Cercle d’Art. En lien avec Monique Lévi-Strauss, il dirige actuellement la publication d’un ouvrage collectif sur le voyage de Claude Lévi-Strauss au Bangladesh en 1950.

16h30 « Nirode Mazumdar (1916-1982) : les pérégrinations artistiques entre Paris et Calcutta »

Nicolas Nercam (Université Bordeaux Montaigne)

Nirode Mazumdar s’installa en France en 1946, à l’âge de 30 ans et y passa le reste de sa vie. À partir des années 1950, sa production picturale est marquée par des phénomènes de transferts, d’adaptations, de croisements techniques et esthétiques entre ces deux capitales artistiques que sont Calcutta et Paris. La communication insistera en particulier sur les deux événements qui marquèrent durablement la carrière du peintre : l’accueil de ses œuvres par le public parisien en 1946 et celui de son exposition lors de son premier retour à Calcutta, sa ville d’origine, en 1958.

Nicolas Nercam est Maître de conférences dans le département des Arts, UFR Humanités de l’Université Bordeaux Montaigne. Il est membre de l’équipe de recherche du MICA, Axe ADS – UBM et chercheur associé au CEIAS (EHESS-CNRS). Ses recherches portent sur les modernités artistiques extra-occidentales (en particulier indiennes), les apports des théories postcoloniales dans le discours sur l’art, le phénomène de la mondialisation artistique, les nouveaux rapports entre l’artistique, le politique et le social. Il est l’auteur de nombreux articles sur ces thèmes de recherches : « Pensées postcoloniales, esthétique de l’art contemporain et mondialisation », revue Proteus. Cahiers des théories de l’art, n°8, sous la direction de B. Trentini, mars 2015, Paris ; The Encounter between Asian and Western art, 20th-21st centuries : a liberating influence for Asia ?, OLH, sous la direction de M. Laureillard et C. Vial-Kayser, 2018 ; « Les artistes du Groupe de Calcutta (1943-1952) : entre tradition occidentale et modernité indienne », OLH, sous la direction de M. Laureillard et C. Vial-Kayser, 2020 ;  « La dramaturgie des relations entre ‘Eros et Thanatos’. Études de cas dans l’art contemporain indien : les productions d’Anita Dube et de Tejal Shah », dans Éros et Thanatos dans les arts de l’Asie, Art Asie Sorbonne, sous la direction d’E. Parlier Renault et C. Vial-Kayser, 2023.

17h « Autour d’une tasse de thé : tourner avec les peintres indiens »

Laurent Brégeat

La journée se conclura par la projection du documentaire de Laurent Brégeat S.H. RAZA., The Very Essence au Centre Pompidou, Cinéma 2, niveau -1, à 19 heures.



Citer ce billet
Creops (2023, 21 mars). Les peintres indiens à Paris dans les années 1950. Carnet du CREOPS. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nc0g

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search