Okyang Chae-Duporge, « LEE UFAN Espaces non-agis » et « LEE UFAN Untouched Space »

Okyang Chae-Duporge, membre du CREOPS, nous informe de la publication de son livre LEE UFAN Espaces non-agis et de sa traduction anglaise LEE UFAN Untouched Space aux éditions Cercle d’Art. (280 pages, ISBN : 978 2 7022 1054 3 & ISBN : 978 2 7022 1059 8)

LEE UFAN Untouched Space  

Okyang Chae-Duporge / Traduit par Rachel Zerner 

The South-Korean born artist Lee Ufan made a risky wager early in his career, introducing “non-action” into his work. This notion, which recalls traditional Asian values, simultaneously echoes the quest of Post-Modernist art.  During the 1960s, he contributed to shaping Mono -ha, a Japanese movement similar to Italy’s Arte Povera and American Minimalism. This volume seeks to understand how the artist, who has espoused minimizing intervention since he began making art, attempts to receive “the world as it is.”

Okyang Chae-Duporge  PhD in the history of art (Paris-Sorbonne University) and art historian. Lecturer at the Institut National des Langues et Civilizations Orientales in Paris (INALCO), she is also co-author of Trésors de Corée – Bulguksa et Seokguram published in 2016 by Éditions Cercle d’Art.

 

LEE UFAN  Espaces non-agis 

Okyang Chae-Duporge

Artiste majeur né en Corée du Sud, Lee Ufan a fait un choix risqué dès le début de sa carrière : introduire dans son œuvre le « non-agir ». Cette notion qui évoque les valeurs orientales traditionnelles fait simultanément écho à la quête de la peinture post-minimaliste.  

A la fin des années soixante, Lee Ufan a été l’un des acteurs du mouvement japonais Mono-ha, proche de l’Arte Povera italien et du minimalisme américain. Cet essai tente de comprendre comment l’artiste, qui minimise ses interventions, cherche résolument les moyens d’accueillir « le monde tel qu’il est ».

Okyang Chae-Duporge  Docteure en histoire de l’art (Université Paris IV-Sorbonne) et historienne de l’art. Elle est  enseignante à l’Inalco (Institut national des langues et civilisations orientales, Paris) Elle est notamment coauteure du livre Trésors de Corée – Bulguksa et Seokguram publié aux Éditions Cercle d’Art en 2016. 

 


Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

Vous aimerez aussi...