Antoine Gournay, “La maison chinoise. Construire et habiter en Chine à la fin de l’époque impériale”

Antoine Gournay, membre du CREOPS, nous informe de la publication de son nouvel ouvrage Intitulé La maison chinoise. Construire et habiter en Chine à la fin de l’époque impériale aux éditions Klincksieck.

a-gournay-la_maison_chinoise

Dans ce livre, il est question d’architecture, mais pas seulement : cet ouvrage vise à montrer comment le système de construction et d’aménagement de l’espace propre à la Chine ancienne se conjugue avec une certaine façon d’habiter et de vivre « domestiquement ». Il entreprend ainsi ce que l’on pourrait appeler une archéologie de l’habitat domestique : montrer et expliquer comment, dans l’architecture et l’aménagement de la maison, tout se tient et forme un système technique cohérent ; comment les questions de charpenterie, de disposition des édifices, de décoration intérieure et extérieure, d’aménagement des cours et des voiries, se raccordent entre elles ; comment « grande architecture » et architecture « vernaculaire » s’articulent.

Le lecteur découvrira au fil de chapitres richement documentés comment l’architecture a façonné la manière chinoise d’habiter le monde à travers les diverses fonctions organiques de la maison. La maison comme gîte, c’est-à-dire comme abri physique de ses occupants ; la maison comme lieu de la socialité familiale, que les rites chinois marquent par la stricte séparation des sexes, le paternalisme domestique, la fidélité au grand culte des ancêtres, la complaisance aux petits cultes des esprits des aîtres, du foyer, et même des latrines ; la maison comme bien immobilier et comme resserre de biens mobiliers ; la maison comme secteur économique des activités d’entretien de ses habitants par le chauffage, l’éclairage, la cuisine, les exercices corporels, l’hygiène ; la maison comme localisation de leurs activités professionnelles : métiers artisanaux divers, travaux du lettré, auxquels peuvent s’ajouter un enseignement à des disciples choisis, voire des leçons rémunérées à une clientèle d’écoliers ; la maison comme objet de décoration intérieure et extérieure et enfin comme spectacle sous l’éclairage du jour par des fenêtres artistiquement découpées et de la nuit par des lampes et des lanternes plus ou moins ouvragées.

De nombreuses illustrations complètent par l’image l’abstraction nécessaire à l’analyse. Ce n’est pas le moindre mérite d’un ouvrage qui, en réussissant à tenir la gageure d’une synthèse des quelque six cents titres de sa bibliographie, renouvelle d’emblée le sujet par la méthode qu’il applique et les perspectives nouvelles qu’il propose.

Commander le livre sur le site de l’éditeur.


Cecile Laly

CREOPS (Université Paris-Sorbonne), International Research Center for Japanese Studies

Vous aimerez aussi...